Interview: From War-Torn Congo to the Parisian Music Scene: The Journey of Carter Kaya, the Prodigiously Talented Artist & Music Executive

on the cover - Discover the French musical empire Delit Music France and its visionary leader Carter Kaya.

We are pleased to introduce Carter Kaya, a talented musical artist from the Congo who has made his way through Italy and Paris to become a music producer, concert organizer, and book and magazine publisher.

During this interview, we will explore the influences of his childhood in the Congo, his experience as a lone child in Italy, his evolution as an artist in Paris, and his evolution in publishing and promoting music. We will also discuss his professional journey, the challenges he has faced, and his future projects.

Get ready to hear an inspiring story and discover how music has been a central element for Carter Kaya at every stage of his life Discovering the Inspiring Resilience of Carter Kaya: How Music has Fueled his Journey from Congo to Paris  

INTERVIEW: Your beginning: I was born in Congo, a small country in central Africa, and my childhood was quite tumultuous. I lived in several cities in Congo Brazzaville, the first one I remember was in Kissoundi, where I started at a young age to associate with the sports community in order to establish myself as a football player and acrobat. But every time we were always on the move, like wanderers, because my father had a job that did not allow him to stay in the same place for several years. Being in a broken family and having divorced parents, we were often separated from my brothers, as some went to live with cousins in distant cities. How were you influenced by the war in your childhood in Congo? My first musical experience took place during the war in the country, in my room. I was listening to RFI Radio and heard the song “Caroline” by rapper MC Solaar and suddenly, I was carried away by the rhythms of his song that were:

“Claude MC takes the microphone, like a love story raggamuffin To talk to you about a friend we call Caroline She was my lady, she was my came She was my vitamin She was my drug, my dope, my coke, my crack My amphetamine, Caroline”.

And from there, I said to myself, “Carter, you can do it too! Become an artist”,

and I started re-writing the lyrics of MC Solaar’s songs that played on the radio and memorizing them by heart. Then, I participated in some contests in the neighborhood where people were asked to go on stage and sing. For me, it was MC Solaar, because I had learned all of his songs by heart in a few months. Along the same lines, I started buying tapes of other artists like Alliance Ethnik and out of curiosity, I also started to get interested in other types of music, such as Michael Jackson, Karyn White, Stevie Wonder, and Claude Francois (my mother’s favorite artist). At the age of 15, I started working weekends with a carpenter as an apprentice in order to be able to buy better quality reading material. Every weekend, I took out my equipment in front of my house and turned the music up, attracting all of my friends and neighborhood children who came to enjoy the music and dance in front of my house. I can say that at that time I was also a DJ, as I made sound transitions on my two-track mixer.

How has your parents’ divorce and your relationship with your brothers and sisters affected your childhood and your musical journey?

As a kid, the impact wasn’t very big because we would spend our vacations with my mother in Ouenzé, another city in Brazzaville. That’s when we would see my brothers because I lived with my father, the brother who follows me lived in another big city in Congo, Pointe-Noire, the economic capital of Congo, and the last two lived with my mother. On the musical side, it was more during the vacations with my mother that my artistic talent was more fulfilled because when I returned to my father’s, there were more constraints. However, this was normal for a Congolese because at that time, the patriarchal side of a family was focused on ancestral values that they considered perfect. However, they did not realize at any moment that the world was changing and that some values no longer corresponded to our time. They did not realize that music could also become a more lucrative profession than being a civil servant or a minister.

How did music become a source of comfort for you during this difficult time of your childhood? In life, there’s a moment when you realize that you have something within you that’s waiting to be revealed. For me, that was the case. Very early on, I understood that I could learn and do activities that suited me and made me happy. Music was the first of them.

How have these experiences from your childhood shaped your perspective on life and music? When you start to love your achievements, you will find a great sense of satisfaction and realize that you are made for this profession. No matter the obstacles, you will persist because this is what allows you to feel in your place in this world and to be happy. How did you experience being sent to Italy at such a young age?

At the age of 15, you might think it’s normal because you’re under your parents’ responsibility. Being also curious by nature, I always consider it a new life experience. It’s like a leaf that falls off a branch and into a river, traveling along the course and telling itself that one day, it will end up somewhere, either on the shore of a beach, or in a river that will take it to the sea, or another river, but with the hope of eventually ending up on a beautiful beach. Life is hope because without hope, a human being’s existence is only despair and emptiness.

How did you deal with the loneliness when you arrived in Italy?

Loneliness is not a word that suits me because I am someone who creates situations and especially goes after what I want. I don’t like to wait for things to come to me, I prefer to go after them. This keeps me from being lonely.

How did you use music to connect with people and feel more comfortable in your new environment in Italy, and what did you achieve?

As an author, composer and producer, I then had an easier time receiving project proposals and especially participating, sometimes as an artist, in group hip-hop shows known as Articolo 31. It was also a time when I received many requests for shows in night clubs in Rome, Milan, Padua, Vicenza, Bassano, and Padua. We also opened for Joe https://open.spotify.com/track/1m2xMsxbtxv21Brome189p

How did these experiences from your youth in Italy shape your personality and musical style?

Actually, my arrival in Italy allowed me to notice that there were few black singers in music. So, for me, it was easy to show the Italians another facet of the blacks living in Italy, either in the musical aspect or in the attire aspect.

What led you to move to Paris to pursue your musical career? Actually, my arrival in Italy allowed me rather to realize that there were few black singers in music, so for me, it was easy to show the Italians another aspect of Blacks living in Italy, whether in the musical or clothing aspect. Two people in my entourage: The first was the director of the company where I worked as a forklift driver. It was while watching me in a full interview on the evening news program that the next day he stopped me and said, “What are you doing in my company with this talent? Pursue your path, it will take you further than working for me.” The second was a fellow countryman who had lived 50 years in Italy and who told me, “Son, Italy is not made for you, go to France instead, because you will have more opportunities at first, and then you can make your artistic talent known in other major cities, such as Canada, the United States, England.” After hearing, in one day, two people with their experiences, I said to myself, “Come on, Carter, it’s time to set bigger goals and go even further.

 

How did you find your place in the Parisian music scene?

I went about it in the same way as I did in Italy, by creating a home studio with the equipment I brought from Italy, then a musical association called “DMG Records,” which allowed me to make my first production with my ex-wife singer, “Lise.” I also participated in some musical shows.

 

How has your musical style evolved living in Paris? It evolved by meeting more and more artists, producers, tour organizers, and production labels.

How did you meet other important artists and collaborators in your career in Paris?

 It was during the production of my Hip Hop/RnB compilation “The 2K Studio” that I had the chance to make several encounters with artists and perform collaborations such as Dorsey Sick Joker, Aneessa, Krime Mind, Tyron, B-La, Kaya, Tracy, Alison, Express Omega, Lise…  

How has the Parisian music scene influenced your music and career?

It was working on collaboration projects with artists such as Lady Aneessa (now her artist name is Aneessa )and Dorsey Sick Joker. https://www.youtube.com/watch?v=rkF-b12S5xw  

How has your move from Italy to Paris contributed to your growth as an artist, party organizer, and music producer, and later as a book and magazine publisher?

I have always wanted to evolve in my career, and this move allowed me to discover other musical influences and meet artists who shared the same vision of music as me. It also allowed me to experiment with new things, especially when the production budget is restricted. As for book and magazine publishing, it’s a goal I’ve been pursuing since my first musical productions in France. At that time, I contacted several publishers to publish the works of my artists, but the prices were “mama mia” very, very, very expensive! That’s why I decided to learn how… My experience as a music producer has allowed me to understand the details of the music industry. Through my recording studio “2K Studio”, I have also been in close contact with independent artists and have been able to see what they lack to evolve musically and artistically.

Can you talk about the inspiration behind creating your music book edition to help independent artists?

The book “The Essential of Music” is aimed at musical artists, whether they are hobbyists, semi-professionals or professionals, who are looking to succeed in the music industry. It provides several necessary tools for the success of a project or artistic career. This book ends the anxieties by providing tailored solutions and direct contacts to evolve and know what to do, how to do it, when to do it and with whom to do it. What prompted you to create the Delit Music Mag and Infomusic.fr magazine?

The large number of requests and collaborations prompted me to highlight some projects that I found very interesting. What better than a magazine to showcase them. That’s why each branch of my structure has a music magazine that reflects the image of the published artists.

How did your family and friends support your professional journey?

My family didn’t provide support because they weren’t interested in music. Only my brother Kaya, who is also involved in the artistic field, supported me from the beginning. I was lucky to have friends who were either artists or who liked listening to what I was producing.

Have you faced any challenges as an artist and music producer and how have you overcome them?

Yes, I have faced challenges such as creating websites, CDs, music videos, radios, magazines, books, and mobile applications. To overcome them, I gave myself time, motivation and bounced back from each disappointment.

What advice would you give to independent artists looking to break into the world of music?

My advice to independent artists would be: Be passionate and determined about what you want to do. Be unique and develop your own musical style. Create a strong and consistent brand image. Work hard and always be learning and improving. Surround yourself with competent and reliable people who can help you in your journey. Don’t get discouraged by challenges and rejections, it’s part of the process. Be open-minded and adaptable to the evolution of the music industry. Finally, be patient, persistent and never lose sight of your goals.

What are your future plans for your musical career and your magazine?

  • Release of my single “Fiesta” on March 24th, 2023, followed by a second single in June 2023.
  • Release of my album in fall 2023.
  • Info Music Awards and Delit Music Awards.
  • My streetwear clothing brand “Odesse”, “Carreau”, and Delit Music France.
  • Release of a book titled “The History of Congo Brazzaville,” tracing the history of Congo Brazzaville from the beginning of the Kingdom of Kongo to the Republic of Congo.

Important Lesson Learned During Professional Journey:

  • An important lesson I have learned during my professional journey is not to rush when working on a project, but to give myself time to have an overview. PATIENCE !

CONGO:

Carter, a talented artist from Congo, lived a tumultuous childhood in several cities in Congo Brazzaville.
 
“That time was very anxiety-inducing for me. Sometimes, at checkpoints, I had to wait for two hours to be checked and during that time, I saw corpses and people killed right in front of me because they belonged to another tribe. Once, I was checked and I had forgotten my papers. I could have been killed on the spot if a man who knew me had not intervened to tell the militants that “I know this kid, he’s the child of the colonel’s friend.” Hearing this, I saw fear in the militants’ eyes…”
 
“As a child at that time, I did not realize death until it happened to me. I also experienced what I consider to be a special experience. We were at a checkpoint when we realized that people were shooting at us from a mountain. The checkpoint militants asked us to run into a forest to avoid being killed. Dressed in our school uniforms, we ran and detoured through the forest. There were about twenty of us and I arrived at school with my uniform all dirty. I explained to my history teacher what had happened to me. He looked at me and said “If you didn’t wash your uniform yesterday, it’s not useful to stay in my class today.” He sent me to the principal who punished me by asking me to clean the school yard.”
 
Coming from a broken family and having divorced parents, he grew up in the world of sports and playing football and doing acrobatics. However, due to his father who had to move often for his job, Carter often had to move around like a vagabond.
 
His first encounter with music took place during the war in the country, while he was listening to RFI radio. He was immediately captivated by the rhythms of MC Solaar’s song “Caroline” and this inspired him to become an artist in turn. He began re-writing the lyrics of MC Solaar’s songs he heard on the radio and memorizing them by heart, then he participated in singing contests in his neighborhood. Over the years, he began to take an interest in other genres of music, such as Michael Jackson, Karyn White, Stevie Wonder and Claude François.
 
At the age of 15, Carter began working for a carpenter to be able to afford better reading material. On weekends, he played music loud in front of his house and attracted all his friends and neighborhood children to dance and enjoy the music. It was at this point that he also discovered a talent for DJing, making sound transitions on his two-track mixer.
 
The war also had an influence on Carter’s childhood. He grew up hearing the sounds of rifle shots, cannon shots, and explosions from the war every day. He had to pass through at least six road checkpoints held by militias to go to school, which was very anxiety-inducing for him. However, despite all the difficulties, Carter managed to pursue his dreams and become a talented artist
 
ITALY:
Carter Kaya was sent to Italy by his parents at the age of 15, but instead of viewing this as a source of loneliness, Carter considers this a new life experience. He is naturally curious and likes to go after what he wants, which helped him avoid loneliness. As a musician, Carter quickly found his place in Italy. He received project proposals and participated in Italian hip-hop group shows, such as Articolo 31. He was also sought after to perform at night clubs in Rome, Milan, Padua, Vicenza, Bassano and Padua. These youthful experiences in Italy had a significant impact on Carter’s personality and musical style. He found that there were few black singers in Italian music and this gave him the opportunity to show Italians another side of blacks living in Italy, both musically and fashion-wise He was sent to Italy by his parents at the age of 15, but instead of seeing this as a source of loneliness, Carter considers it as a new life experience. He is naturally curious and likes to go after what he wants, which has helped him avoid loneliness. As a musician, Carter quickly found his place in Italy. He received project proposals and participated in Italian hip-hop group shows, such as Articolo 31. He was also solicited to perform in nightclubs in Rome, Milan, Padua, Vicenza, Bassano, and Padua. These youthful experiences in Italy had a significant impact on Carter’s personality and musical style. He found that there were few black singers in Italian music and this gave him the opportunity to show the Italians another side of Blacks living in Italy, both musically and fashion-wise. PARIS: Carter then moved to Paris to further his music career. Inspired by the shortage of black singers in Italy, Carter wanted to show another side of the life of Blacks in Italy in terms of music and fashion. Encouragement from his business manager and a seasoned fellow countryman encouraged him to pursue his musical dreams and set greater goals. Upon arriving in Paris, Carter created a home studio with equipment brought from Italy and a musical association called “DMG Records”, which allowed him to produce his first work with his first wife, singer Lise. He also participated in several music shows to make himself known in the Parisian music scene. Through encounters with artists, producers, bookers, and production labels, Carter evolved his musical style. He also had the opportunity to collaborate with artists such as Aneessa, Dorsey Sick Joker, Krime Mind, Tyron, B-La, Kaya, Tracy, Alison, Express Omega, and Lise while producing his Hip Hop/RnB compilation “The 2K Studio”. The influence of the Parisian music scene on Carter’s music and career manifested itself in his collaborations with artists such as Aneessa and Dorsey Sick Joker. This move from Italy to Paris allowed him to discover new musical influences, meet artists sharing the same vision of music, and experiment with new things, even when the production budget was limited. Carter’s goal of publishing books and magazines has also been pursued since his early musical productions in France. He contacted several publishers to publish the works of his artists, but the prices were very high. That is why he decided to publish the books and magazines himself, which allowed him to give a platform to his artists and further develop his musical empire. Carter Evolution in the Music Industry and Publishing Carter is an experienced music producer and concert organizer. His experience in the music industry has allowed him to understand the challenges faced by independent artists. Inspired by these challenges, he entered the world of publishing and created his first book “The Essential of Music”, a book that offers tools and solutions for artists seeking success in the music industry. In addition to his book, Carter also founded “Delit Music Mag” and “Infomusic.fr”, magazines that feature the most interesting projects from his structure. Although his family was not supportive of his music career, his brother Kaya and artist friends supported him from the beginning. Carter overcame the challenges of concert promotion and artist management, production of websites, CDs, music videos, radio shows, magazines, books, and mobile applications by giving himself time, motivation, and bouncing back from each disappointment. He advises independent artists to remain passionate, unique, develop their own musical style, create a strong and consistent brand image, work hard, surround themselves with competent people, be persistent, open-minded, and patient.

————————————————————————————————————————————   ———————————————————————————————————————————– FRANCAIS: Le Congo, un petit pays d’Afrique centrale, et mon enfance a été assez mouvementée. J’ai vécu dans plusieurs villes du Congo Brazzaville, dont la première dont je me souviens était à Kissoundi, d’où j’ai commencé dès mon enfance à fréquenter le milieu du sport dans le but de me faire une place en tant que joueur de football et acrobate. Mais à chaque fois, nous étions toujours en déplacement, comme des vagabonds, car mon père avait un travail qui ne lui permettait pas de rester au même endroit pendant plusieurs années. Etant dans une famille décomposée et ayant des parents divorcés, nous étions souvent séparés de mes frères, car certains allaient vivre chez des cousins dans des villes éloignées. Ma première expérience musicale a eu lieu en pleine guerre dans le pays, dans ma chambre. J’écoutais la Radio RFI et j’ai entendu la chanson “Caroline” du rappeur MC Solaar et tout à coup, je me suis senti emporté par les rythmes de sa chanson qui étaient: “Claude MC prend le microphone, genre love story raggamuffin Pour te parler d’une amie qu’on appelle Caroline Elle était ma dame, elle était ma came Elle était ma vitamine Elle était ma drogue, ma dope, ma coke, mon crack Mon amphétamine, Caroline”. Et à partir de là, je me suis dit, “Carter, tu peux aussi le faire ! Devenir un artiste et je me suis mis à réécrire les textes des chansons de MC Solaar qui passaient à la radio et à les mémoriser par cœur. Puis, j’ai participé à quelques concours dans le quartier où on demandait aux personnes de monter sur scène et de chanter. Pour moi, c’était MC Solaar, car j’avais en quelques mois appris toutes ses chansons par cœur. Dans la même veine, j’ai commencé à acheter les cassettes d’autres artistes comme Alliance Ethnik et par curiosité, j’ai aussi commencé à m’intéresser à d’autres genres de musique, tels que Michael Jackson, Karyn White, Stevie Wonder et Claude François (l’artiste préféré de ma mère). À l’âge de 15 ans, j’ai commencé à travailler les week-ends chez un menuisier en tant qu’apprenti pour pouvoir m’offrir du matériel de lecture de meilleure qualité. Tous les week-ends, je sortais mon matériel devant ma maison et mettais de la musique à fond, attirant ainsi tous mes amis et les enfants du quartier qui venaient profiter de la musique et danser devant chez moi. Je peux dire que c’était déjà à cette époque que j’étais aussi DJ, car je faisais des transitions de sons sur mon mixer à deux pistes

 
Comment avez-vous été influencé par la guerre dans votre enfance au Congo ? La guerre, un mot qui ne devrait pas exister car la vivre vous pousse à voir les choses différemment. Entendre des sons de tirs de fusils, des tirs de canon et des explosions du matin, midi et soir était devenu banal pour moi à cette époque. Lorsque j’ai vécu cette époque de guerre, nous vivions dans un quartier appelé “La Poudrière” à Brazzaville près de l’aéroport. Pour aller à l’école de Nganga Edouard, je devais passer par au moins 6 barrages routiers tenus par des milices chaque matin. Si vous arriviez en retard à l’école, le professeur vous punissait. Cette époque était très anxiogène pour moi. Parfois, aux barrages, je devais attendre pendant deux heures avant d’être contrôlé et pendant ce temps, j’ai vu des cadavres et des gens tués juste devant moi parce qu’ils appartenaient à une autre tribu. Une fois, j’ai été contrôlé et j’avais oublié mes papiers. J’aurais pu être tué sur place si un homme qui me connaissait n’était pas intervenu pour dire aux miliciens que “Je connais ce gamin, c’est l’enfant de l’ami du colonel.” En entendant cela, j’ai vu de la peur dans les yeux des miliciens. En tant qu’enfant à cette époque, je ne réalisais pas la mort jusqu’à ce qu’elle m’arrive. J’ai également vécu une expérience que je considère comme spéciale. Nous étions dans un barrage lorsque nous avons réalisé que des gens tiraient sur nous depuis une montagne. Les miliciens du barrage nous ont demandé de courir dans une forêt pour éviter d’être tués. Avec nos uniformes scolaires, nous avons couru et fait un détour dans la forêt. Nous étions une vingtaine de personnes et je suis arrivé à l’école avec mon uniforme tout sale. J’ai expliqué à mon professeur d’histoire ce qui m’était arrivé. Il m’a regardé et m’a dit “Si tu n’as pas lavé ton uniforme hier, il n’est pas utile de rester dans ma classe aujourd’hui.” Il m’a envoyé chez le proviseur qui m’a puni en me demandant de nettoyer la cour de l’école.
 
Comment le divorce de vos parents, et la relation avec vos frères et sœurs ont–il affecté votre enfance et votre parcours musical ? Etant gamin, l’impact n’était pas très grand car nous passions nos vacances chez ma mère à Ouenzé, une autre ville de Brazzaville. C’était à ce moment-là que nous retrouvions mes frères car moi j’habitais avec mon père, le frère qui me suit habitait dans une autre grande ville du Congo, Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, et les deux derniers habitaient chez ma mère.
 
Côté musical, c’était plus pendant les vacances chez ma mère que mon talent artistique était plus épanoui car lorsque je retournais chez mon père, il y avait plus de contraintes. Cependant, cela était normal pour un Congolais car à cette époque, le côté patriarcal d’une famille était concentré sur des valeurs ancestrales qu’ils considéraient parfaites. Cependant, ils ne se rendaient compte à aucun moment que le monde évoluait et que certaines valeurs ne correspondaient plus à notre temps. Ils ne se rendaient pas compte que la musique pouvait aussi devenir un métier plus rémunérateur qu’être un fonctionnaire ou un ministre
 
 
Comment la musique est-elle devenue une source de réconfort pour vous pendant cette période difficile de votre enfance ? Dans la vie, il y a un moment où vous vous rendez compte que vous avez quelque chose en vous qui attend d’être révélé. Pour moi, c’était le cas. Très tôt, j’ai compris que je pouvais apprendre et réaliser des activités qui me correspondaient et qui me rendaient heureux. La musique fut la première d’entre elles
 
Comment ces expériences de votre enfance ont-elles formé votre perspective sur la vie et la musique?
Lorsque vous commencerez à aimer vos réalisations, vous y trouverez un grand sentiment de satisfaction et vous vous rendrez compte que vous êtes fait pour ce métier. Peu importe les obstacles, vous persisterez car c’est ce qui vous permet de vous sentir à votre place dans ce monde et d’être heureux.
 
 ITALIE
 
Comment avez-vous vécu le fait d’être envoyé en Italie à un si jeune âge ?
À cet âge de 15 ans, vous pouvez penser que c’est normal car vous êtes sous la responsabilité de vos parents. Étant également curieux de nature, je considère toujours ça comme une nouvelle expérience de la vie. C’est comme une feuille qui se détache d’une branche et tombe dans un cours d’eau, voyageant le long du cours et se disant qu’un jour, elle arrivera quelque part, soit sur le bord d’une plage, soit dans un fleuve qui la mènera à la mer, ou un autre cours d’eau, mais avec l’espoir de finalement arriver sur une belle plage. La vie est un espoir car sans espoir, l’existence d’un être humain n’est que désespoir et vide
 
 
Comment avez-vous géré la solitude en arrivant en Italie ?
 
La solitude, ce n’est pas un mot qui me correspond car je suis de nature à créer des situations et surtout à aller chercher ce que je veux. Je n’aime pas attendre que les choses viennent à moi, j’aime plutôt aller les chercher. Cela m’évite d’être solitaire.
 
 
Comment avez-vous utilisé la musique pour vous connecter avec les gens et vous sentir plus à l’aise dans votre nouvel environnement en Italie, et qu’avez vous accompli ?
 
En tant qu’auteur, compositeur et producteur, j’ai alors eu plus de facilité à recevoir des propositions de projets et surtout à participer, parfois en tant qu’artiste, à des spectacles de groupe de hip-hop italien connu sous le nom d’Articolo 31. C’était également une époque où je recevais de nombreuses demandes de spectacles dans des boîtes de nuit à Rome, Milan, Padoue, Vicence, Bassano, et Padoue.
 
 
Comment ces expériences de votre jeunesse en Italie ont-elles formé votre personnalité et votre style musical ?
 
En fait, mon arrivée en Italie m’a permis de constater qu’il y avait peu de chanteurs noirs dans la musique. Donc, pour moi, c’était facile de montrer aux Italiens une autre facette des Noirs vivant en Italie, soit dans l’aspect musical ou dans l’aspect vestimentaire.
 
 
PARIS Qu’est-ce qui vous a poussé à déménager à Paris pour poursuivre votre carrière musicale ?En fait, mon arrivée en Italie m’a permis plutôt de constater qu’il y avait peu de chanteurs noirs dans la musique, donc pour moi, il a été facile de montrer aux Italiens une autre facette des Noirs vivant en Italie, que ce soit dans l’aspect musical ou vestimentaire.Deux personnes de mon entourage :
  • Le premier fut le directeur de l’entreprise où je travaillais en tant que cariste magasinier. C’est en me voyant en plein interview à l’émission du 20 heures que le lendemain, il m’a arrêté et m’a dit : “Qu’est-ce que tu fais dans mon entreprise avec ce talent ? Poursuis ta voie, elle t’emmènera plus loin qu’en travaillant pour moi.”
 
  • Le deuxième fut un compatriote qui avait vécu 50 ans en Italie et qui m’a dit : “Fiston, l’Italie n’est pas faite pour toi, va plutôt en France, car tu aura plus d’opportunités au départ, et ensuite, tu pourras faire connaître ton talent artistique dans d’autres grandes villes, telles que le Canada, les États-Unis, l’Angleterre.”
Après avoir écouté, en une seule journée, deux personnes avec leurs expériences, je me suis dit : “Allez, Carter, c’est le moment de se fixer des objectifs plus grands et d’aller encore plus loin.
 
Comment avez-vous trouvé votre place dans la scène musicale parisienne ?
 
J’ai procédé de la même manière que celle réalisée en Italie, en créant un home studio avec le matériel que j’ai rapporté de l’Italie, puis une association musicale appelée “DMG Records”, qui m’a permis de faire ma première production avec ma ex-femme chanteuse, “Lise”. J’ai également participé à quelques spectacles musicaux.
 
Comment votre style musical a-t-il évolué en vivant à Paris ?
 
C’est en faisant de plus en plus de rencontres avec des artistes, producteurs, tourneurs, et labels de production que mon style a évolué
 
Comment avez-vous rencontré d’autres artistes et collaborateurs importants dans votre carrière à Paris , des noms? C’est lors de la production de ma compilation Hip Hop/RnB ‘The 2K Studio’ que j’ai eu la chance de faire plusieurs rencontres avec des artistes et de réaliser des collaborations telles que Dorsey Sick Joker, Aneessa, Krime Mind, Tyron, B-La, Kaya, Tracy, Alison, Express Omega, Lise… Comment la scène musicale de Paris a-t-elle influencé votre musique et votre carrière ? C’est en travaillant sur des projets de collaboration avec des artistes tels que Aneessa et Dorsey Sick Joker. Comment votre déménagement de l’Italie à Paris a-t-il contribué à votre croissance en tant qu’artiste, organisateur de soirée  et producteur de musique, puis par la suite éditeur de livres et magazine ? J’ai toujours voulu évoluer dans ma carrière et ce déménagement m’a permis de découvrir d’autres influences musicales et de rencontrer des artistes qui partageaient la même vision de la musique que moi. Cela m’a également permis d’expérimenter de nouvelles choses, surtout lorsque le budget de production est restreint. En ce qui concerne l’édition de livres et de magazines, c’est un objectif que je poursuis depuis mes premières productions musicales en France. À cette époque, j’ai contacté plusieurs éditeurs pour publier les œuvres de mes artistes, mais les prix étaient “mama mia” très, très, très chers ! C’est pourquoi j’ai décidé d’apprendre à le faire moi-même
 
CARTER – EVOLUTION DANS L’ÉDITION ET LA PROMOTION MUSICALE
 
Comment votre expérience en tant que producteur de musique et organisateur de concerts vous a-t-elle aidé à éditer des livres de musique pour aider les artistes indépendants ? Mon expérience en tant que producteur de musique m’a permis de comprendre les détails de l’industrie musicale. Grâce à mon studio d’enregistrement “2K Studio”, j’ai également été en contact étroit avec les artistes indépendants et j’ai pu voir ce qui leur manquait pour évoluer musicalement et artistiquement. Pouvez-vous nous parler de l’inspiration derrière la création de votre édition de livres de musique pour aider les artistes indépendants ? Le livre “L’essentiel de la musique” est destiné aux artistes musiciens, qu’ils soient amateurs, semi-professionnels ou professionnels, qui cherchent à réussir dans l’industrie musicale. Il propose plusieurs outils nécessaires pour le succès d’un projet ou d’une carrière artistique. Ce livre met fin aux angoisses en apportant des solutions adaptées et des contacts directs pour évoluer et savoir quoi faire, comment le faire, quand le faire et avec qui le faire. Qu’est-ce qui vous a poussé à créer le magazine Delit Music Mag et Infomusic.fr ? Le nombre important de demandes et de collaborations m’a incité à mettre en avant certains projets qui me semblaient très intéressants. Ce qui est mieux qu’un magazine pour les exposer. C’est pourquoi chaque filiale de ma structure possède un magazine musical qui reflète l’image des artistes publiés. Comment votre famille et vos amis ont-ils soutenu votre parcours professionnel ? Ma famille n’a pas apporté de soutien car la musique ne les intéressait pas. Seul mon frère Kaya, qui est également impliqué dans le milieu artistique, m’a soutenu dès le début. J’ai eu la chance d’avoir des amis qui étaient soit des artistes ou qui aimaient écouter ce que je produisais. Y a-t-il des défis que vous avez rencontrés en tant qu’artiste et producteur de musique et comment les avez-vous surmontés ? Oui, j’ai rencontré des défis tels que la réalisation de sites internet, de CD, de vidéoclips, de radios, de magazines, de livres et d’applications mobiles. Pour les surmonter, je me suis donné du temps, de la motivation et j’ai rebondi à chaque déception. Quels sont les conseils que vous donneriez aux artistes indépendants qui cherchent à percer dans le monde de la musique ? Mes conseils aux artistes indépendants seraient les suivants :
  1. Soyez passionné et déterminé dans ce que vous voulez faire.
  2. Soyez unique et développez votre propre style musical.
  3. Créez une image de marque solide et cohérente.
  4. Travaillez dur et soyez toujours en train d’apprendre et de vous améliorer.
  5. Entourez-vous de personnes compétentes et fiables qui peuvent vous aider dans votre parcours.
  6. Ne vous découragez pas face aux défis et aux rejets, cela fait partie du processus.
  7. Soyez ouvert d’esprit et adaptable à l’évolution de l’industrie musicale.
  8. Enfin, soyez patient, persévérant et ne perdez jamais de vue vos objectifs.
Quels sont vos projets futurs pour votre carrière musicale et pour votre magazine ? Mes projets sont :
  • Sortie de mon single “Fiesta” le 24 Mars 2023, puis suivra un deuxième single en Juin 2023.
  • Sortie de mon album à la rentrée 2023.
  • Les Info Music Awards et les Delit Music Awards.
  • Ma marque de vêtements streetwear “Odesse”, “Carreau” et Delit Music France.
  • La sortie d’un livre intitulé “L’histoire du Congo Brazzaville”, retraçant l’histoire du Congo Brazzaville depuis le début du Royaume du Kongo jusqu’à la République du Congo.
Pouvez-vous partager avec nous une leçon importante que vous avez apprise au fil de votre parcours professionnel ? Une leçon importante que j’ai apprise au fil de mon parcours professionnel est de ne pas courir après le temps lorsque je réalise un projet, mais plutôt de me donner du temps pour avoir une vue d’ensemble

  BIOGRAPHIE: CONGO: Carter, un artiste talentueux originaire du Congo, a vécu une enfance mouvementée dans plusieurs villes de Congo Brazzaville.

“Cette époque était très anxiogène pour moi. Parfois, aux barrages, je devais attendre pendant deux heures avant d’être contrôlé et pendant ce temps, j’ai vu des cadavres et des gens tués juste devant moi parce qu’ils appartenaient à une autre tribu. Une fois, j’ai été contrôlé et j’avais oublié mes papiers. J’aurais pu être tué sur place si un homme qui me connaissait n’était pas intervenu pour dire aux miliciens que “Je connais ce gamin, c’est l’enfant de l’ami du colonel.” En entendant cela, j’ai vu de la peur dans les yeux des miliciens…”

“En tant qu’enfant à cette époque, je ne réalisais pas la mort jusqu’à ce qu’elle m’arrive. J’ai également vécu une expérience que je considère comme spéciale. Nous étions dans un barrage lorsque nous avons réalisé que des gens tiraient sur nous depuis une montagne. Les miliciens du barrage nous ont demandé de courir dans une forêt pour éviter d’être tués. Avec nos uniformes scolaires, nous avons couru et fait un détour dans la forêt. Nous étions une vingtaine de personnes et je suis arrivé à l’école avec mon uniforme tout sale. J’ai expliqué à mon professeur d’histoire ce qui m’était arrivé. Il m’a regardé et m’a dit “Si tu n’as pas lavé ton uniforme hier, il n’est pas utile de rester dans ma classe aujourd’hui.” Il m’a envoyé chez le proviseur qui m’a puni en me demandant de nettoyer la cour de l’école.”

Issu d’une famille décomposée et ayant des parents divorcés, il a grandi en fréquentant le monde du sport et en jouant au football et en faisant de l’acrobatie. Cependant, à cause de son père qui devait souvent déménager pour son travail, Carter a souvent dû se déplacer, comme un vagabond. Sa première rencontre avec la musique a eu lieu pendant la guerre dans le pays, alors qu’il écoutait la radio RFI. Il a été immédiatement captivé par les rythmes de la chanson “Caroline” de MC Solaar et cela l’a inspiré à devenir un artiste à son tour. Il a commencé à réécrire les textes des chansons de MC Solaar qu’il entendait à la radio et à les mémoriser par cœur, puis il a participé à des concours de chant dans son quartier. Au fil des années, il a commencé à s’intéresser à d’autres genres de musique, comme Michael Jackson, Karyn White, Stevie Wonder et Claude François. À l’âge de 15 ans, Carter a commencé à travailler chez un menuisier pour pouvoir se payer du matériel de lecture de meilleure qualité. Les week-ends, il mettait de la musique à fond devant sa maison et attirait tous ses amis et les enfants du quartier pour danser et profiter de la musique. C’est à ce moment-là qu’il s’est également découvert un talent de DJ, en faisant des transitions de sons sur son mixer à deux pistes. La guerre a également eu une influence sur l’enfance de Carter. Il a grandi en entendant les sons des tirs de fusils, des tirs de canon et des explosions de la guerre tous les jours. Il devait passer par au moins six barrages routiers tenus par des milices pour aller à l’école, ce qui était très anxiogène pour lui. Cependant, malgré toutes les difficultés, Carter a réussi à poursuivre ses rêves et à devenir un artiste talentueux. ITALIE: Il a été envoyé en Italie par ses parents a l’age de 15 ans, mais au lieu de voir cela comme une source de solitude, Carter considère cela comme une nouvelle expérience de la vie. Il est de nature curieuse et aime aller chercher ce qu’il veut, ce qui l’a aidé à éviter la solitude. En tant que musicien, Carter a rapidement trouvé sa place en Italie. Il a reçu des propositions de projets et a participé à des spectacles de groupe de hip-hop italien, comme Articolo 31. Il a également été sollicité pour donner des spectacles dans des boîtes de nuit à Rome, Milan, Padoue, Vicence, Bassano et Padoue. Ces expériences de jeunesse en Italie ont eu un impact significatif sur la personnalité et le style musical de Carter. Il a constaté qu’il y avait peu de chanteurs noirs dans la musique en Italie et cela lui a donné l’opportunité de montrer aux Italiens une autre facette des Noirs vivant en Italie, à la fois musicalement et vestimentairement. PARIS: Carter ensuite déménage à Paris pour poursuivre sa carrière musicale. Inspiré par la carence de chanteurs noirs en Italie, Carter a voulu montrer une autre facette de la vie des Noirs en Italie en termes de musique et de mode. L’encouragement de son directeur d’entreprise et d’un compatriote expérimenté l’ont incité à poursuivre ses rêves musicaux et à se fixer de plus grands objectifs. En arrivant à Paris, Carter a créé un home studio avec le matériel apporté de l’Italie et une association musicale appelée “DMG Records”, qui lui a permis de produire sa première œuvre avec sa première femme, la chanteuse Lise. Il a également participé à plusieurs spectacles musicaux pour se faire connaître dans la scène musicale parisienne. Au fil des rencontres avec des artistes, producteurs, tourneurs et labels de production, Carter a évolué son style musical. Il a également eu l’occasion de faire des collaborations avec des artistes tels que Aneessa, Dorsey Sick Joker, Krime Mind, Tyron, B-La, Kaya, Tracy, Alison, Express Omega et Lise lors de la production de sa compilation Hip Hop/RnB “The 2K Studio”. L’influence de la scène musicale de Paris sur la musique et la carrière de Carter s’est manifestée lors de ses collaborations avec des artistes tels que Aneessa et Dorsey Sick Joker. Ce déménagement de l’Italie à Paris lui a permis de découvrir de nouvelles influences musicales, de rencontrer des artistes partageant la même vision de la musique et d’expérimenter de nouvelles choses, même lorsque le budget de production était limité. L’objectif de Carter de publier des livres et des magazines a également été poursuivi depuis ses premières productions musicales en France. Il a contacté plusieurs éditeurs pour publier les œuvres de ses artistes, mais les prix étaient très élevés. C’est pour cette raison qu’il a décidé de publier les livres et les magazines lui-même, ce qui lui a permis de donner une plateforme à ses artistes et de développer encore plus son empire musical. CARTER EVOLUTION DANS L EDITION Carter est un producteur de musique et organisateur de concerts expérimenté. Son expérience dans l’industrie musicale lui a permis de comprendre les défis auxquels les artistes indépendants sont confrontés. Inspiré par ces défis, il rentre dans le monde de l’edition et  créé son premier livre”L’essentiel de la musique”, un livre qui offre des outils et des solutions pour les artistes qui cherchent à réussir dans l’industrie musicale. En plus de son livre, Carter a également fondé “Delit Music Mag” et “Infomusic.fr”, des magazines qui présentent les projets les plus intéressants de sa structure. Bien que sa famille n’ait pas été un soutien pour sa carrière musicale, son frère Kaya et ses amis artistes l’ont soutenu dès le début. Carter a surmonté les défis de la promotion de concert et artistes, production de sites web, de CD, de vidéoclips, de radios, de magazines, de livres et d’applications mobiles en se donnant du temps, de la motivation et en rebondissant à chaque déception. Il conseille aux artistes indépendants de rester passionnés, uniques, de développer leur propre style musical, de créer une image de marque solide et cohérente, de travailler dur, d’entourer de personnes compétentes, d’être persévérants, ouverts d’esprit et patients. Conclusion Parmi ses projets futurs, Carter prévoit la sortie de son single “Fiesta” en Mars 2023, suivi d’un deuxième single en Juin 2023, la sortie de son album à la rentrée 2023, les Info Music Awards et les Delit Music Awards, ainsi que la fondation de sa marque de vêtements streetwear “Odesse”, “Carreau” et Delit Music France.”

  • Sortie de son single “Fiesta” le 24 Mars 2023, puis suivra un deuxième single en Juin 2023.
  • Sortie de son album à la rentrée 2023.
  • Les Info Music Awards et les Delit Music Awards.
  • Ma marque de vêtements streetwear “Odesse”, “Carreau” et Delit Music France.
  • La sortie d’un livre intitulé “L’histoire du Congo Brazzaville”, retraçant l’histoire du Congo Brazzaville depuis le début du Royaume du Kongo jusqu’à la République du Congo.

    Découvrez l’empire musical français Delit Music France et son visionnaire leader Carter Kaya Paris, le 11 février 2023 – Delit Music France, la filiale française de la major Delit Music et Delit Music Group, est fière de présenter son directeur, Bertrand Carter Kaya². Ce talentueux artiste de hip-hop, compositeur, ingénieur du son, scénariste, réalisateur, photographe, webmaster et graphiste a fondé Delit Entertainement et Delit Music Group en 2012 dans le 11e arrondissement de Paris et aujourd’hui située dans le 94500 Champigny sur Marne. Delit Music France est une entreprise leader de l’industrie musicale et audiovisuelle en France. Elle est composée de plusieurs filiales actives telles que Actu Music France, Info Music, Delit Face, Music Abonnement, et l’association DMG Records. DMG Records est la première structure de production musicale créée par Carter Kaya en 2005 dans le 17e arrondissement de Paris et est composée d’un studio d’enregistrement 2k Studio. Delit Music France est fière de produire des artistes talentueux tels que Leena Blige, Tracy, B-la, Nya, B.Carter, Alisson, Lise, Tyron, Doly, Mona Lisa, Sista, Makenzi, Les Récidivistes, Lil Son, Makenzi, et Les Récidivistes. Delit Music Group et DMG Records ont également collaboré avec de nombreux artistes internationaux tels que; Aneessa, Dorsey Sick Joker, CNM, Sinik, Joce, Abad Boomsong, Tracy kendricks, Locky Style, Ami Eliano, Mr Folly, Maître Tigre, Ellena Jenny, DCL, Express Omégaz, Aconit, Oz, Rachel Even, Krimemind, Yasmina Ousman, Jennifer, Milita, Maryna Lovely, Mélisande Croset, Gaïle, Groupe Bana Laumière, Vision Bass, Mushapata, Matatastar, Mandombe Ba Ntou. Delit Music Group a également collaboré avec des entreprises telles que: Iggy Magazine, IndieZone Mag, Pump It Up Magazine (Los Angeles), Dorss Prod, Gashy Production, Africa Dance Company, K-Prod, Salle de spectacle City Zik, Le Grand Jeu Zaba Kuzinga (Asso), KMF TV, Écho Mondiale France, Fête de l’indépendance en Angola 2013 (City Zik) & Fête de l’indépendance en Angola 2017 (Antonio Lukeba). Enfin, Delit Music Records a collaboré avec la chanteuse Mona Lisa pour son single intitulé « I Love Paris » en produisant l’instrumental et le mixage. Nous sommes fiers de présenter Bertrand Carter Kaya² et Delit Music France, une entreprise innovante et talentueuse dans l’industrie musicale et audiovisuelle en France.​

COMMUNIQUE DE PRESSE POUR DELIT MUSIC FRANCE/DMG RECORDS – www.delitmusic.fr Press Release:  Discover the French musical empire Delit Music France and its visionary leader Carter Kaya. Paris, February 11, 2023 – Delit Music France, the French subsidiary of major Delit Music and Delit Music Group, is proud to introduce its director, Bertrand Carter Kaya². This talented hip-hop artist, composer, sound engineer, screenwriter, director, photographer, webmaster and graphic designer founded Delit Entertainement and Delit Music Group in 2012 in the 11th arrondissement of Paris and today located in 94500 Champigny sur Marne. Delit Music France is a leading company in the French music and audiovisual industry. It is comprised of several active subsidiaries such as Actu Music France, Info Music, Delit Face, Music Subscription, and the DMG Records association. DMG Records is the first music production structure created by Carter Kaya in 2005 in the 17th arrondissement of Paris and is composed of a 2k Studio recording studio. Delit Music France is proud to produce talented artists such as Leena Blige, Tracy, B-la, Nya, B.Carter, Alisson, Lise, Tyron, Doly, Mona Lisa, Sista, Makenzi, Les Récidivistes, Lil Son, Makenzi, and Les Récidivistes. Delit Music Group and DMG Records have also collaborated with many international artists such as Aneessa, Dorsey Sick Joker, CNM, Sinik, Joce, Abad Boomsong, Tracy Kendricks, Locky Style, Ami Eliano, Mr Folly, Maître Tigre, Ellena Jenny, DCL, Express Omégaz, Aconit, Oz, Rachel Even, Krimemind, Yasmina Ousman, Jennifer, Milita, Maryna Lovely, Mélisande Croset, Gaïle, Groupe Bana Laumière, Vision Bass, Mushapata, Matatastar, Mandombe Ba Ntou. Delit Music Group has also collaborated with companies such as Iggy Magazine, IndieZone Mag, Pump It Up Magazine (Los Angeles), Dorss Prod, Gashy Production, Africa Dance Company, K-Prod, City Zik Performance Hall, Le Grand Jeu Zaba Kuzinga (Association), KMF TV, Écho Mondiale France, Angola Independence Day 2013 (City Zik) & Angola Independence Day 2017 (Antonio Lukeba). Finally, Delit Music Records collaborated with singer Mona Lisa for her single entitled “I Love Paris” by producing the instrumental and mixing. We are proud to present Bertrand Carter Kaya² and Delit Music France, an innovative and talented company in the French music and audiovisual industry.
 
Rejoignez la communauté musicale de pointe avec Info Music Magazine!
 
Paris, le 11 février 2023 – Delit Music France, la filiale française de la major Delit Music et Delit Music Group, est fière de présenter son nouveau site d’actualité musicale, Info Music. Ce site met en lumière les dernières tendances, les artistes les plus talentueux et les nouveaux projets de l’industrie musicale.
 
Info Music est le site d’actualité musicale du groupe Delit Music France, qui est une entreprise leader de l’industrie musicale et audiovisuelle en France. Delit Music France est composée de plusieurs filiales actives, telles que Actu Music France, Info Music, Delit Face, Music Abonnement, et l’association DMG Records.
 
Info Music vise à offrir une plateforme dédiée à tous les professionnels de l’industrie musicale, y compris les chanteurs, chanteuses, musiciens, managers, compositeurs, DJs, labels et maisons de disques, producteurs, réalisateurs, distributeurs et agences de promotion musicale. Le site fournit également une vaste gamme de solutions pour aider les professionnels à élargir l’impact de leur projet sur la plateforme.
 
“Nous sommes fiers de présenter Info Music, une plateforme innovante pour les passionnés de musique et les professionnels de l’industrie musicale”, a déclaré Bertrand Carter Kaya², fondateur de Delit Music France et Delit Music Group. “Notre objectif est de fournir une plateforme complète et accessible pour tous les professionnels de l’industrie musicale, en leur offrant les dernières tendances, les artistes les plus talentueux et les nouveaux projets.”
 
Rejoignez dès maintenant la communauté musicale en vous abonnant à Info Music et découvrez les dernières actualités, les tendances et les projets les plus innovants de l’industrie musicale.
 
ENGLISH:
Join the Leading Music Community with Info Music Magazine! Paris, February 11th, 2023 – Delit Music France, the French subsidiary of major Delit Music and Delit Music Group, is proud to present its new music news site, Info Music. This site highlights the latest trends, the most talented artists, and new projects in the music industry. Info Music is the music news site of Delit Music France, which is a leading company in the music and audiovisual industry in France. Delit Music France consists of several active subsidiaries, such as Actu Music France, Info Music, Delit Face, Music Abonnement, and the DMG Records association. Info Music aims to offer a platform dedicated to all professionals in the music industry, including singers, musicians, managers, composers, DJs, labels, and record companies, producers, directors, distributors, and music promotion agencies. The site also provides a wide range of solutions to help professionals expand the impact of their project on the platform. “We are proud to present Info Music, an innovative platform for music lovers and music industry professionals,” said Bertrand Carter Kaya², founder of Delit Music France and Delit Music Group. “Our goal is to provide a complete and accessible platform for all music industry professionals, offering them the latest trends, the most talented artists, and new projects.” Join the music community now by subscribing to Info Music and discover the latest news, trends, and the most innovative projects in the music industry.

 

 
About Pump It Up Magazine 2696 Articles
Music | Movie | Fashion | Beauty | Fitness | Wellness | Books | Food | Travel & Events | Real Estates | Humanitarian Awareness Magazine based in Los Angeles California Reach for the stars while standing on earth! Pump It Up Magazine is the L.A. colorful, inspiring and vibrant print and online Entertainment, Lifestyle and Awareness magazine founded by Anissa Sutton, showcasing dynamic up-and-coming talent and top tips from around the globe!