Interview With Camille: The French Young Singer Using Music to Fight Child Violence

Interview (English and French) Discover Camille: The Young Singer Using Music to Fight Child Violence

At just 13 years old, Camille is already making waves in the music world and beyond. Passionate about singing from a young age, she has turned her talents towards a noble cause: raising awareness about child violence. Her powerful song “Un matin où je passais chez vous,” inspired by real-life events, speaks to the struggles faced by many children and aims to spark conversation and change.

In an exclusive interview with Pump It Up Magazine, Camille shares her journey, the story behind her impactful song, and her hopes for the future. Despite her youth, she is determined to use her voice for good, supporting causes close to her heart and encouraging others to do the same.

Join us at Pump It Up Magazine as we delve into Camille’s inspiring story and explore how music can be a powerful tool for social change. Don’t miss out on this compelling read that promises to touch your heart and ignite your curiosity.

Studio recording 3 (novembre 2023, crédit photo Henry Duffour)

Pump It Up Magazine: Hi! Can you tell us about your musical journey and what motivated you to get involved in the fight against violence towards children?

Camille: Hi Anissa. I’m not really sure when I started singing, but it must go back to my childhood. It’s something I love to do because it brings me joy and happiness (Camille laughs…). I even find it easier to sing than to talk (another laugh from Camille…). Regarding the fight against violence towards children (which is one of the themes of the song “Un matin où je passais chez vous”), I think it’s something that needs to be talked about more, and if it’s in the form of a song, it might touch more people. I’m only 13 years old, and it’s difficult to get involved at my age, but with this song, I did it in my own way.

Pump It Up Magazine: Can you tell us about the genesis of your song “Un matin où je passais chez vous” and its importance to you?

Camille: One day, my dad (who wrote the lyrics) came home and told us about a scene he had just witnessed during his school visits. You should know that he is a musician and works in many schools to teach children to sing and to put on shows with them. So, my dad told us that he saw a little boy “explode” with anger in a classroom, overturning chairs and tables, throwing everything he could into the air, and even trying to hit his teacher. After this incident, my dad had a lot of questions… Why did this child act so aggressively? What was wrong with him? His friends? His school? Maybe his family?

Some time later, my dad wrote these lyrics and asked his friend Mathias Vienne (the singer TIAS) to compose music for them. It was in Mathias’ studio that I recorded the song, with another friend of my dad, Samuel Mélade.

Pump It Up Magazine: What motivated you to record this song and why did you dedicate it to raising awareness about violence against children?

Camille: The first time I heard this song, it touched me because I knew the story. So, when my dad proposed recording it in a real studio, I said yes. In the video we made, it’s dedicated to a friend of my parents, Nicolas Puluhen, who, with his association Mon P’tit Loup, takes actions to fight violence against children. He meets with schools, middle schools, and high schools to talk about his experience as a victim and also raises funds to finance writing workshops with a songwriter and a psychologist to help victims speak out about what they’ve been through.

Pump It Up Magazine: Can you explain a bit more about what the Mon P’tit Loup association does? Even though you are still very young, do you help the association?

Camille: What’s great about Nicolas’ association is that people can find a place to express themselves, to speak out, and to share with other victims. For now, I am indeed still too young to help the association, but the song I performed is already a boost!

Camille
Photo Credit by Donatienne Massin

Pump It Up Magazine: How do you think your music can influence other young people to get involved in social causes?

Camille: In the lyrics of the song “Un matin où je passais chez vous,” there is a message, and for me, since it’s in French, it’s easier to understand. It will certainly be the same for other young people my age. I love songs in English, but since I’m not English, I don’t always understand them. For me, it’s important to understand the meaning of the lyrics of the songs we listen to. I don’t know if listening to my song will make other young people get involved in social causes, but it would be nice.

Pump It Up Magazine: What are your future projects in music and your social action?

Camille: I’d like to record more songs in a studio; it was a great experience. But that will be later because, currently, my parents, my two sisters (Margot and Élise), and I are on a six-month trip to Central America. During this trip, I’m learning a lot about poverty, how people live here, and how lucky we are where we live. We even did some volunteer work in Guatemala, which was great. When I grow up, I’d like to help associations and volunteer again, not necessarily focusing on violence against children but on many things that interest me, like ecology. Later, I also want to continue singing!

Pump It Up Magazine: How do you envision your music contributing to raising awareness about child violence and bringing about change?

Camille: Art allows messages to be conveyed, but it doesn’t guarantee that bad people will stop being bad. In fact, there need to be better laws to prevent violence against children. We should punish the guilty more.

Pump It Up Magazine: How do you feel about violence towards children and how do you manage these emotions?

Camille: It makes me sad and very angry to know that there are children who are mistreated and who go through horrible things. Plus, since they are young, they don’t necessarily realize what they are going through. And then it comes back in their future… they suffer from it all their lives.

Léon, Nicaragua (mai 2024, crédit photo Élise Duffour).jpg

Pump It Up Magazine: If you suspect that a child is a victim of violence, what actions would you take?

Camille: I would tell them to talk to someone they trust. If I am that trusted person, then I would talk to an adult: a teacher, the school nurse, my parents, etc.

Pump It Up Magazine: How do you find comfort when you feel sad or depressed about these stories of child violence that we hear about here and there?

Camille: When I feel sad, I always find comfort with my cats! Since they don’t talk, they listen to me! And I share my emotions with them, which makes me feel better.

Pump It Up Magazine: How can people join you in supporting this cause and participating in the awareness effort?

Camille: Nicolas Puluhen’s association Mon P’tit Loup has a Facebook page, and the best thing is to subscribe to it.

Pump It Up Magazine: Lastly, what support do you receive from your family in terms of music, and how does it encourage you?

Camille: At home, everyone plays or listens to music. My family is proud of me according to what they’ve told me. That’s great because I’m proud of them too!

Camille – Pochette CD du singleCAMILLE
“Un matin où je passais chez vous”
Paroles de Henry Duffour & Musique de Mathias Vienn
Arrangements, enregistrement, mixage et mastering
Samuel Mélade à M8 STUDIO

 


Traduction

Dans l’orage du regard sauvage In the storm of the wild gaze
D’un garçon cœur glaçon Of a boy with a heart of ice
Un matin où je passais chez vous One morning when I passed by your place
J’ai vu des images, j’ai lu les messages I saw images, I read the messages
D’un enfant de huit ans Of an eight-year-old child
Qui, soudain, a explosé, c’est fou Who suddenly exploded, it’s crazy
Pour son âge, Zak a des bagages For his age, Zak carries baggage
Bien trop lourds à porter Far too heavy to bear
Des douleurs, des peines et des verrous Pains, sorrows, and locks
Ses parents mirages et leurs dérapages His parents are mirages and their slip-ups
Tous les jours à gérer Every day to manage
C’est l’erreur, le compliqué, un tout It’s the mistake, the complexity, all of it
Comment conjuguer les verbes être, aimer How to conjugate the verbs to be, to love
Au présent, au plus-que-parfait In the present, in the past perfect
Il n’en sait rien du tout He knows nothing about it
Son visage m’a prise en otage His face took me hostage
Bien plus que de raison Much more than reasonable
Ces routes en virages, sa vie, ses nuages These winding roads, his life, his clouds
Ces hivers hors-saison These out-of-season winters
C’est certain, ça m’a blessé, c’est fou It’s certain, it hurt me, it’s crazy
Dans l’orage du regard sauvage In the storm of the wild gaze
D’un garçon cœur glaçon Of a boy with a heart of ice
Un matin où je passais chez vous One morning when I passed by your place
J’ai vu des images, j’ai lu les messages I saw images, I read the messages
D’un enfant de huit ans Of an eight-year-old child
Qui, soudain, a explosé, c’est fou Who suddenly exploded, it’s crazy
Un matin où je passais chez vous One morning when I passed by your place
Un matin où je passais chez vous One morning when I passed by your place

À seulement 13 ans, Camille fait déjà sensation dans le monde de la musique et au-delà. Passionnée par le chant depuis son plus jeune âge, elle a mis son talent au service d’une noble cause : sensibiliser à la violence envers les enfants. Sa chanson puissante “Un matin où je passais chez vous”, inspirée de faits réels, parle des difficultés rencontrées par de nombreux enfants et vise à susciter la discussion et le changement.

Dans une interview exclusive avec Pump It Up Magazine, Camille partage son parcours, l’histoire derrière sa chanson percutante et ses espoirs pour l’avenir. Malgré son jeune âge, elle est déterminée à utiliser sa voix pour le bien, soutenant des causes qui lui tiennent à cœur et encourageant les autres à faire de même.

Rejoignez-nous sur Pump It Up Magazine pour plonger dans l’histoire inspirante de Camille et découvrir comment la musique peut être un puissant outil de changement social. Ne manquez pas cette lecture captivante qui promet de toucher votre cœur et d’attiser votre curiosité.

Léon, Nicaragua (mai 2024, crédit photo Élise Duffour).jpg

Pump It Up Magazine: Salut ! Peux-tu nous parler de ton parcours musical et de ce qui t’a poussé à t’engager dans la lutte contre la violence envers les enfants ?

Camille: Bonjour Anissa. Je ne sais pas vraiment depuis quand je chante, mais cela doit certainement remonter à l’enfance. C’est quelque chose que j’adore faire, car cela me procure de la joie et de la bonne humeur (petit rire de Camille…). Je trouve même plus facile de chanter que de devoir parler (autre petit rire de Camille…). Concernant la lutte contre la violence faite aux enfants (qui est l’un des thèmes de la chanson “Un matin où je passais chez vous”), je pense que c’est une chose dont il faudrait parler plus, et si c’est sous forme de chanson cela pourra peut-être toucher davantage les gens. Je n’ai que 13 ans et il est difficile à mon âge de s’engager, mais avec ce titre, je l’ai fait à ma manière.

Pump It Up Magazine : Peux-tu nous parler de la genèse de ta chanson “Un matin où je passais chez vous” et de son importance pour toi ?

Camille: Un jour, papa (qui est l’auteur des paroles) est rentré à la maison et nous a raconté une scène à laquelle il venait d’assister lors de ses interventions scolaires. Car il faut savoir qu’il est musicien et qu’il travaille dans beaucoup d’écoles pour apprendre aux enfants à chanter et également pour monter des spectacles avec eux. Donc papa nous a dit qu’il a vu un petit garçon “exploser” de colère dans une salle de classe, renverser les chaises et les tables, jeter en l’air tout ce qu’il pouvait jeter en l’air et qu’il a même essayé de taper son professeur. Alors par la suite, après cette histoire, papa s’est posé tout plein de questions… Pourquoi cet enfant s’était-il montré aussi agressif ? Qu’est-ce qui n’allait pas chez lui ? Ses amis ? Son école ? Peut-être sa famille ?

Quelque temps après, papa a écrit ces paroles et il a proposé à son ami Mathias Vienne (le chanteur TIAS) de composer une musique dessus. C’est d’ailleurs dans le studio de Mathias que j’ai enregistré la chanson, avec un autre ami de papa, Samuel Mélade.

Pump It Up Magazine: Qu’est-ce qui t’a poussé à accepter d’enregistrer cette chanson et pourquoi l’as-tu dédiée à la sensibilisation sur les violences faites aux enfants ?

Camille: La première fois que j’ai découvert cette chanson, elle m’a touchée vu que je connaissais l’histoire. Alors quand papa m’a proposé de l’enregistrer dans un vrai studio, j’ai dit oui. Dans le clip que nous avons réalisé, elle est dédicacée à un ami de mes parents, Nicolas Puluhen, qui avec son association Mon P’tit Loup propose des actions pour lutter contre les violences faites aux enfants. Il fait des rencontres dans les écoles, les collèges et les lycées pour parler de son expérience en tant que victime et il cherche aussi des sous pour financer des ateliers d’écriture avec un auteur-compositeur et une psychologue pour aider des victimes à oser parler de ce qu’ils ont vécu.

Pump It Up Magazine: Peux-tu nous expliquer un peu plus en détail en quoi consiste l’association Mon P’tit Loup ? Est-ce que, même si tu es encore très jeune, tu aides l’association ?

Camille: Ce qui est bien avec l’association de Nicolas, c’est que des gens pourront trouver un endroit où s’exprimer, libérer leur parole et échanger avec d’autres victimes. Pour l’instant, je suis, en effet, encore trop jeune pour aider l’association, mais la chanson que j’ai interprétée est déjà un coup de pouce !

Studio recording 2 (novembre 2023, crédit photo Henry Duffour)

Pump It Up Magazine: Comment penses-tu que ta musique peut influencer d’autres jeunes à s’engager dans des causes sociales ?

Camille: Dans les paroles de la chanson “Un matin où je passais chez vous”, il y a un message et pour moi, vu que c’est en français, forcément, c’est plus facile à comprendre. Ce sera certainement pareil pour d’autres jeunes de mon âge. J’aime beaucoup les chansons en anglais, mais vu que je ne suis pas anglaise, je ne les comprends pas forcément. Et pour moi, c’est quand même important de comprendre le sens des paroles des chansons qu’on écoute. Après, je ne sais pas si en attendant ma chanson d’autres jeunes s’engageront dans des causes sociales, mais ce serait chouette.

Pump It Up Magazine: Quels sont tes projets futurs en musique et dans ton action sociale ?

Camille: J’aimerais bien enregistrer d’autres chansons dans un studio, c’était super comme expérience. Mais ce sera pour plus tard, car là, actuellement, avec mes parents et mes deux sœurs (Margot et Élise), nous sommes partis pour six mois en Amérique Centrale. Pendant ce voyage, j’apprends beaucoup de choses sur la pauvreté, comment les gens vivent ici, la chance que l’on a nous, là où on habite. On a même fait du bénévolat au Guatemala, c’était top. Quand je serai grande, j’aimerais bien aider des associations, faire de nouveau du bénévolat, pas forcément sur les violences envers les enfants, mais sur plein de choses qui m’intéressent comme l’écologie par exemple. Plus tard, j’aimerais aussi continuer à chanter !

Pump It Up Magazine: Comment envisages-tu que ta musique contribue à sensibiliser sur les violences infantiles et à provoquer des changements ?

Camille: L’art permet de faire passer des messages, mais ça ne garantit pas que les mauvaises personnes arrêteront d’être de mauvaises personnes. En fait, il faudrait qu’il y ait de meilleures lois pour empêcher les violences faites aux enfants. Il faudrait plus punir les coupables.

Pump It Up Magazine: Comment ressens-tu la violence envers les enfants et comment gères-tu ces émotions ?

Camille: Ça me rend triste et en même temps ça me met très en colère de savoir qu’il y a des enfants qui sont maltraités, qui subissent des sales choses. En plus, comme ils sont jeunes, ils ne réalisent pas forcément ce qu’ils vivent. Et après, ça revient dans leur futur… ils en souffrent toute leur vie.

Camille
Photo Credit by Donatienne Massin

Pump It Up Magazine: Si tu suspectes qu’un enfant est victime de violences, quelles actions entreprendrais-tu ?

Camille: Je lui dirai d’en parler à quelqu’un en qui il ou elle a confiance. Si c’est moi cette personne de confiance alors j’en parlerai ensuite à un adulte : un professeur, l’infirmière du collège, mes parents, etc.

Pump It Up Magazine: Comment trouves-tu du réconfort lorsque tu te sens triste ou déprimée par ces histoires de violence envers les enfants qu’on entend ici ou là ?

Camille: Quand je me sens triste, je trouve toujours du réconfort avec mes chats ! Vu qu’ils ne parlent pas, ben, ils m’écoutent ! Et je leur partage mes émotions, ça fait du bien.

Pump It Up Magazine: Comment les gens peuvent-ils se joindre à toi pour soutenir cette cause et participer à l’effort de sensibilisation ?

Camille: L’association Mon P’tit Loup de Nicolas Puluhen a une page Facebook et le mieux, c’est de s’y abonner.

Pump It Up Magazine: Pour terminer, quel soutien reçois-tu de ta famille au niveau de la musique, et en quoi cela t’encourage-t-il ?

Camille: À la maison, tout le monde joue ou écoute de la musique. Ma famille est fière de moi d’après ce qu’ils m’ont dit. Ça tombe bien car moi aussi, je suis fière d’eux !

———————————————————————————————-

Camille – Pochette CD du single “Un matin où je passais chez vous” (translation – One morning when I passed by your place)

CAMILLE
“Un matin où je passais chez vous”
Paroles de Henry Duffour & Musique de Mathias Vienn
Arrangements, enregistrement, mixage et mastering
Samuel Mélade à M8 STUDIO

Dans une industrie souvent dominée par la cacophonie des rythmes commerciaux et les personnalités fabriquées, la dernière sortie de CAMILLE, “Un matin où je passais chez vous”, est un souffle d’air frais. À seulement 13 ans, CAMILLE livre une performance qui défie son âge, démontrant une profondeur d’émotion et une musicalité qui seraient impressionnantes chez un artiste deux fois plus âgé.

La mélodie envoûtante de la chanson, associée aux voix éthérées de CAMILLE, crée une atmosphère à la fois captivante et profondément émouvante. Dès les premières notes qui s’écoulent des enceintes, les auditeurs sont transportés au cœur de l’histoire de Zak, un jeune garçon accablé par le poids du monde.

Camille in the recording studio singing “Un matin où je passais chez vous” (translation – One morning when I passed by your place)

Mais “Un matin où je passais chez vous” est bien plus qu’une simple chanson ; c’est un puissant message contre le silence entourant les violences infligées aux enfants. À travers des paroles poignantes et une musique bouleversante, CAMILLE met en lumière un sujet souvent passé sous silence, exhortant les auditeurs à affronter les dures réalités auxquelles sont confrontées trop d’âmes jeunes.

Ce qui distingue vraiment CAMILLE, cependant, c’est son engagement inébranlable à utiliser sa plateforme pour le bien. En dédiant cette chanson à la sensibilisation sur les violences faites aux enfants, elle prouve que l’art peut être un catalyseur de changement. À une époque où la superficialité règne souvent en maître, la sincérité et la passion de CAMILLE sont un souffle d’air frais.

À la fin du clip sur YouTube, les spectateurs découvriront que la chanson est dédiée à Nicolas Puluhen et à son association MON P’TIT LOUP, qui par ses actions, propose des ateliers pour donner la parole aux enfants ayant vécu des violences.

En conclusion, “Un matin où je passais chez vous” va au-delà de la musique ; c’est un chef-d’œuvre transformateur. Les vocaux captivants de CAMILLE et ses paroles profondes la positionnent comme une étoile montante avec un objectif, utilisant sa plateforme pour sensibiliser et inspirer le changement.

À propos de Nicolas Puluhen :
Originaire de Brest et désormais installé à La Réunion, Nicolas Puluhen partage son histoire dans son livre “Mon p’tit loup” comme une manière d’exorciser une tragédie personnelle. Abusé dans son enfance, Puluhen trouve du réconfort dans l’écriture, réfléchissant à son passé et à son parcours vers la guérison. Revenant brièvement à Brest pour promouvoir son livre, Puluhen se remémore son éducation dans la ville qui lui est chère. Malgré le traumatisme qu’il a enduré, Puluhen se souvient avec tendresse de sa vie familiale aimante et normale à Brest. Maintenant établi à La Réunion avec sa deuxième épouse et son fils, Puluhen a surmonté de nombreux défis, y compris des luttes contre la dépression et l’addiction, pour partager son histoire avec le monde. Préfacé par Pierre Perret, “Mon p’tit loup” témoigne de la résilience et du courage de Puluhen pour affronter son passé.

 Review written by Anissa Sutton

 

About Pump It Up Magazine 2989 Articles
Music | Movie | Fashion | Beauty | Fitness | Wellness | Books | Food | Travel & Events | Real Estates | Humanitarian Awareness Magazine based in Los Angeles California Reach for the stars while standing on earth! Pump It Up Magazine is the L.A. colorful, inspiring and vibrant print and online Entertainment, Lifestyle and Awareness magazine founded by Anissa Sutton, showcasing dynamic up-and-coming talent and top tips from around the globe!